L'AFFAIRE ROSWELL

ARTICLE PAR GUILLAUME LAMBERT
PUBLIÉ LE 4 JANVIER 2018
Roswell Nouveau-Mexique

À travers les années, l’affaire Roswell a pris une proportion démesurée et est devenu un des phénomènes ufologiques les plus célèbres au monde. Nombreux sont les documents qui traite du sujet : films, séries télés, livres par centaines ainsi que plusieurs sites web entièrement consacrée. Les ufologues, amateurs de manifestations extraterrestres, ne manque pas de viande à se mettre sous la dent lorsqu’il s’agit de l’affaire Roswell. Les plus fanatiques peuvent même se rendre chaque année au Nouveau-Mexique et prendre part au UFO Festival (festival des OVNI), événement se tenant l’été et où les gens viennent, accompagnés de leurs animaux domestiques, déguisés sur le thème des aliens. Certains poussent même l’audace à se présenté avec des animaux aussi improbables que des putois d’Amérique et autres chihuahuas. Pour les plus curieux, tout ceci est rendu accessible sur le site officiel du festival : www.ufofestivalroswell.com . Mais qu’est-ce qui distingue le désert du Nouveau-Mexique des centaines d’autres histoires et récits de phénomènes extraterrestres qu’il est possible de lire et qui tombent rapidement dans l’oubli ? Pourquoi l’affaire Roswell en particulier est-elle devenue si célèbre ?

Aux alentours de début juillet 1947, William Brazel, alors propriétaire d’un ranch dans le désert du Nouveau-Mexique, trouve d’étranges débris non loin de Roswell, à environ 50 km au nord. Il les décrira plus tard comme étant constitués de « bandes de caoutchouc, de papier d’aluminium, de papier plutôt dur et de barres ». À priori, la découverte ne l’enthousiasme pas outre mesure. Quelques jours s’écoulent avant que le rancher ne décide de revenir ramasser les débris à l’aide d’un pick-up. Il les rapporte chez lui et les entrepose dans sa grange. Ayant remarqué que les journaux fulminaient d’articles relatant des observations de mystérieux disques volants, Brazel décide de faire part de ses trouvailles aux autorités. Le lendemain, le major Jesse Marcel de la Roswell Army Air Field ainsi qu’un autre homme se rendent au domicile de Brazel afin de récupérer les débris. Disant avoir trouvé un disque volant, un attaché de presse publie aux journaux locaux le communiqué suivant le 8 juillet 1947 :

« Les nombreuses rumeurs faisant état d’une soucoupe volante sont devenues réalité hier, lorsque le service des renseignements du 509e escadron de l’air force de la base de Roswell a pris possession d’un disque grâce à la coopération d’un rancher et du bureau du shérif du comté de Chaves au Nouveau Mexique. L’objet volant a atterri dans un ranch près de Roswell durant la semaine dernière. Sans téléphone, le rancher a conservé le disque jusqu’à ce qu’il puisse contacter le bureau du shérif, qui informa le major Jesse A. Marcel du 509e escadron de l’air force. Une action fut immédiatement lancée, et le disque fut récupéré au domicile du rancher. Il a été examiné à la base de Roswell, puis transmis à de plus hautes autorités. »

Avant que ce dernier ne soit rapidement retiré. Cependant, trop peu trop tard, tout les médias se sont emparés de l’affaire et l’histoire fait boule de neige. Aux chagrins de ceux qui croient dur comme fer aux extraterrestres, Fort Worth Army Air Base identifie les restes comme étant ceux d’un ballon météo. Une semaine plus tard, l’affaire Roswell s’estompe et le calme habituel revient dans le désert du Nouveau-Mexique. Il faudra attendre plus de trente ans avant que cette sombre histoire ne revienne sous les feux de la rampe avec des théories tout aussi farfelues les unes que les autres. Ce qu’on avait initialement prit pour un crash de vaisseau spatial extraterrestre serait en fait un vaste complot gouvernemental dont le but est de dissimuler la découverte de corps aliens, « de petits bonhommes verts », et d’en étouffer tous les détails. L’histoire a été grandement sensationnalisée et depuis la première parution officielle sur l’affaire Roswell en 1980, plusieurs auteurs ont contribué à sa popularité en ajoutant des couches successives de mystère à l’histoire. De plus, un nombre sans cesse croissant de témoins, sans doute en mal d’attention, continue d’attisé le feu en confirmant différentes versions des événements.

UNE GIGANTESQUE MACHINATION

Des agents des services secrets, portant habits noirs et lunettes de soleil tels que les « Men In Blacks », ont laissé des descriptions rocambolesques de la découverte d’une soucoupe volante et d’un équipage extraterrestre. Toute sorte de discussion ont émergé sur le matériau utilisé pour fabriquer l’engin qui ne serait ni du caoutchouc, ni du papier d’aluminium ou du bois, mais belle et bien une substance étrange possédant des propriétés extraordinaires auparavant jamais vue sur Terre. Plusieurs personnes affirment avoir été victimes d’intimidation par des gens hauts placés du gouvernement et de l’armée afin qu’ils se taisent. De plus, on rapporte que des documents militaires officiels auraient été falsifiés ou même littéralement détruit afin de masquer la chronologie réelle des événements tandis que les corps morts de l’équipage extraterrestre auraient été emmenés dans un lieu secret à proximité, la zone 51, afin d’y subir une autopsie. Comme l’affaire Roswell s’est transformée en tempête médiatique dans les années 1990, on peut supposer que les tentatives d’intimidation n’ont pas eu l’effet désiré. Sorti en 1995, le film de l’autopsie a créé un véritable battage médiatique dans le monde entier. Les débats ont éclaté quant à l’authenticité de la vidéo, avec certains affirmant que toute cette histoire n’était en fait qu’une gigantesque machination alors que d’autres affirmant avec conviction que cette histoire est belle et bien réelle. La personne qui a réalisé le film a avoué, dix ans plus tard, avoir utilisé des mannequins en caoutchouc, de la cervelle de mouton et de la confiture de framboise afin de filmer la scène dans un appartement de Londres.

LE PROJET MOGUL

L’US Air Force à cependant démenti la plupart des allégations ufologues en publiant un rapport détaillé sur la sonde météo qui s’est écrasée dans le désert. Il s’agirait plutôt d’un programme secret de détection d’essais nucléaire soviétique, le projet Mogul. Le ballon en question aurait éclaté en haute altitude avant de venir s’écrasé dans le désert du Nouveau-Mexique. Pratiquement personne n’a cru l’Air Force et les ufologues sont d’ailleurs d’avis qu’il ne s’agit que d’une histoire inventée afin de couvrir l’affaire. On prétend que des entrepôts secrets et des morgues, dispersés dans plusieurs bases militaires, sont remplis de débris et de cadavres extraterrestres. Peu importe qu’il s’agisse d’un ballon météo ou d’une soucoupe volante, il n’en demeure pas moins que l’affaire Roswell est tout de même amusante. Le grand public devra cependant patienter avant d’avoir la confirmation de l’existence des « petits bonhommes verts » …

×

Souscrire à la newsletter

Joignez la newsletter pour recevoir les dernières énigmes et mises à jour.

Un courriel de confirmation vous à été envoyer à l'adresse fourni. Veuillez suivre le lien afin de bien confirmer la validité du courriel.