LE LABYRINTHE

ARTICLE PAR GUILLAUME LAMBERT
PUBLIÉ LE 26 DÉCEMBRE 2017
Le Labyrinthe

Les labyrinthes sont mystérieux et ont une signification particulière en psychanalyse. Rêvez d’un labyrinthe signifie que les éléments d’une affaire mystérieuse seront démêler. Être dans un labyrinthe signifie qu’un mystère sera résolu alors que trouvez la sortie d’un labyrinthe veut dire que les incertitudes vont trouver leur réponse. Mais d’où provient ce concept de labyrinthe que tout le monde connait ?

Le mystère du labyrinthe commence avec celui de son nom. Aucune explication satisfaisante n’a été trouvé jusqu’à ce jour et pourtant bon nombre de savants ont tenté de lui donner une signification. Le débat persiste toujours auprès des experts quant aux origines égyptiennes ou crétoises, voire mycéniennes, du Labyrinthe. C’est en 1739 qu’un professeur au collège de Reims cru discerner dans le mot labyrinthe le terme BIRANTA (la Tour), qui aurait été selon lui un édifice abritant les prêtres égyptiens chargés d’étudier la voute céleste. Une autre genèse du labyrinthe, qu’on accorde à l’égyptologue Brugsch, prend racine dans la locution de sept hiéroglyphes qui se prononce lapi-ro-hun-t. Cette séquence de signe se traduit comme le « temple à l’embouchure de l’étendue d’eau » et s’applique autant à l’Égypte qu’à la Crête. Cependant, il n’y a rien pour supporter cette théorie que l’on puisse trouvés sur les monuments de la vallée du Nil ou d’ailleurs.

LE LABYRINTHE D’ÉGYPTE

Le Labyrinthe d'Égypte

On recense dans le monde entier plus de cinq cents labyrinthes de toutes sortes. L’un des labyrinthes les plus spectaculaires et mystérieux qu’on puisse recenser dans l’histoire est le labyrinthe d’Égypte, aussi appelé la 8ieme merveille. Ce monument, qu’on peut qualifier de mégalithique, fut construit sous Amenemhat III, pharaon de la XIIe dynastie, ayant régné entre 1850 et 1800 avant notre ère selon la chronologie actuelle. Il est donc contemporain du cercle de pierres levées de Stonehenge. Il n’existe que peu de descriptions officielles du labyrinthe d’Égypte. Il aurait été construit à 6 km au sud-est du site de Crocodilopolis, la cité des crocodiles sacrés. Malheureusement, il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges de colonnes en granit ayant échappé à l’exploitation de ce monument comme carrière depuis l’époque romaine. Apparemment, une des meilleures descriptions qu’il soit possible de lire serait due à un géographe du nom de Strabon qui l’aurait visité avant le début de notre ère. Le labyrinthe serait long de trois cents pas et large de deux cent quarante. Il s’élèverait en bordure du fameux lac artificiel de Moeris chargé de régulariser le débit du Nil, flanqué à son extrémité septentrionale de la pyramide de Hawara élevée par Amenemhat III. Voici un extrait des textes de Strabon :

« J’ai vu près du lac Moeris, avoisinant le tombeau du roi qui le construisit, ce labyrinthe qui ne le cède en rien aux pyramides. C’est un palais gigantesque divisé en douze parties, soit autant que de provinces, ou Nomes, en ce pays. Chacune d’elles comprend un nombre égal de chambres, contigues et soutenues par de lourds piliers. Elles sont alignées le long d’un mur commun, formant ensemble un seul édifice. D’innombrables allées couvertes s’emmêlent devant leur façades, dont les couloirs sinueux s’entrecroisent en sorte qu’aucun étranger n’y peut retrouver son chemin ou en sortir sans l’aide d’un guide. Le plus extraordinaire est que le plafond de chacune de ces pièces est fait d’une seule et formidable pierre. Les galeries sont également recouvertes sur toute leur longueur de dalles énormes, sans aucune intervention de bois ou d’autres matières. Si l’on grimpe sur le toit, accessible puisqu’il n’y a pas d’étage, on n’aperçoit qu’un immense champ de pierres couchées. Ce toit lui-même est porté par vingt-sept monolithes, outre les supports extérieurs qui sont tout aussi prodigieux… »

Selon la légende, il existerait un étage souterrain qui abrite une galerie plus emmêlées encore qu’à la surface. L’accès aurait été, au temps des Pharaons et de la splendeur du labyrinthe, interdit aux voyageurs. Les gardiens refusant l’entrée sous prétexte que les caves servent de lieu de repos éternelle pour les tombes royales et comme cimetière des crocodiles sacrés. Les dédalles interminables auraient eu comme première utilité d’empêcher quiconque de venir saccagés les sarcophages. À en croire la mythologie égyptienne, le crocodile Sobek était, à l’instar du Minotaure, le Dévorateur…

UNE ÉTRANGE DÉCOUVERTE

En juillet 2008 survient, dans l’Île de Crète, une trouvaille exceptionnelle qui remit en question l’imagination des étymologistes. Un archéologue italien dénommé Luigi Pernier, exhumant les ruines fantastiques du palais de Phaestos sur la côte méridionale, découvrit un étrange objet d’argile dans une chambre souterraine qu’il supposa être celle des Archives royales. Il s’agit d’une espèce de disque mesurant seize centimètre et dans lequel on a gravé, sur chaque face, une spirale qui n’est pas sans faire penser à un macro-sillon cinq tours vieux de quatre mille ans. Cet étrange objet est de plus poinçonner de deux cent quarante et un symboles mystérieux : équerres, burins, poissons, feuilles et fleurs, ciseaux, bonshommes, haches… D’éminents savants ont vite cru, à tort, détenir avec cette mystérieuse tablette circulaire rien de moins que la clé du Labyrinthe. Cette découverte renforce la thèse des traditionalistes qui, s’appuyant sur la mythologie, place l’emplacement du labyrinthe de Crète aux environs de l’immense caverne de Gortyne, l’antre du Minotaure. Les historiens se sont traditionnellement partagés sur l’emplacement du labyrinthe de Crète entre partisans de Cnossos, près de Candie, en grec Héraklion, et défenseurs de Gortyne, qui se trouve 40 km plus au sud.

GORTYNE

Gortyne est une immense caverne crétoise, creusée sous une colline et situé à l’est du village d’Haghii Deka, où il est possible d’explorer de multiples galeries qui s’entrecoupent toutes les unes les autres. Il est possible de s’y rendre en prenant la route d’Héraklion en direction d’Ambelousa et du mont Ida. L’accès exige cependant une marche malaisée d’environ une heure. La mythologie grecque classique associe ce lieu à l’antre du Minotaure, monstre mi-homme et mi-taureau, qui fût enfermé dans le labyrinthe par le roi Minos afin que personne ne découvre jamais son existence et qu’il en soit éternellement prisonnier. Plusieurs des graffiti qu’il est possible de lire sur les parois de la grotte remontent au Moyen Âge. Les pierres utilisées pour construire les villes de Cnossos et de Gortyne proviendrait, selon d’aucuns, de cette carrière. Le savant de Tournefort, qui visita ces lieux au début du XVIIIe siècle, nous laisse une vivide description :

« … On entre dans ce labyrinthe par une ouverture naturelle large de sept ou huit pas, si basse qu’à peine un homme de médiocre taille pourrait y passer sans se courber… Une espèce de caverne fort rustique se présente d’abord et ne marque rien de singulier ; mais à mesure que l’on avance, ce lieu paraît tout à fait surprenant. Ce ne sont que détours, dont la principale allée, moins embarrassante que les autres, conduit par un chemin d’environ 1 200 pas jusqu’au fond du labyrinthe, à deux grandes et belles salles, où les étrangers se reposent avec plaisir… »

Et son texte se conclut sur ces termes :

« Il ne faut pas croire que le labyrinthe qu’on vient de décrire soit celui dont les Anciens ont parlé. »

CNOSSOS

Le palais de Cnossos

En 1878, un commerçant grec portant le nom prédestiné de Minos, découvrit avec stupéfaction les vestiges du palais du Cnossos. Située à 5 km au sud-est d’Héraklion, le palais de Cnossos est communément identifié aux origines du labyrinthe. Il fallut attendre 22 ans avant que les fouilles, à l’initiative de l’École britannique d’Athènes et sous la conduite d’Evans, ne débutent. Une route asphaltée conduit au site qui est à gauche sur une élévation. Il s’agit d’un vaste complexe à cinq étages, bâti vers le deuxième millénaire avant notre ère, donc contemporain du labyrinthe d’Égypte, mais qui ne présente guère d’analogie avec celui-là sinon le plan carré. Le quadrilatère de Cnossos, qui ne compte pas moins de 1300 chambres et d’innombrables couloirs menant à une immense cour centrale, répond beaucoup mieux au concept et à l’image traditionnelle que les gens se font du labyrinthe…

×

Souscrire à la newsletter

Joignez la newsletter pour recevoir les dernières énigmes et mises à jour.

Un courriel de confirmation vous à été envoyer à l'adresse fourni. Veuillez suivre le lien afin de bien confirmer la validité du courriel.